Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

villers-villasilhouette.jpgCoup sur coup, trois critiques concernant la Gaufre publiées sur Rayon polar.

La première de Claude Le Nocher était parue après la sortie de  la première édition, celles de Paul Maugendre et de Luis Alberto suivent la réédition.


Claude Le Nocher

Abel Salinas est détective privé. Ex-flic, ce costaud mesurant deux mètres vivote grâce à des affaires de cocus. Fils d’une poissonnière désagréable et d’un père alcoolique, il collectionne les emmerdes. "Au départ de mon existence, j’étais entré en poisse comme d’autres entrent en religion" dit Abel.

Abel fait la queue devant la marchande de gaufres, sur la digue-promenade de Villers-sur-mer. Il se remémore les détails de l’enquête. Sentant sa fin approcher, Maître Beausang engage le détective. Cet avocat renommé regrette de n’avoir pu éviter la condamnation d’un client, le letton Edo Gradine. Ce dernier fut accusé du meurtre de Beverly Poulot, qui a disparu. Abel est contraint d’étudier ce copieux dossier. Sa visite en prison à Gradine lui confirme que ce proxénète faisait un coupable idéal. Beverly fut élevée dans un petit village par Mémée Brita, qui s’occupa de plusieurs enfants de l’Assistance Publique. Elle ignore ce que sont devenus Beverly ou son frère d’adoption Fernand. Abel s’intéresse aussi à l’employeur de la jeune femme.
Habitant sont hôtel particulier du 16e à Paris, M. d’Archicourt est un homme puissant. Daisy Love, une copine danseuse de Beverly, le définit ainsi : "P’tite gaule ? Queutard comme pas deux, et le pèze généreux." On peut imaginer qu’il eut une relation ancillaire avec Beverly. D’Archicourt possède un château dans le Pays de Caux. Sans doute Abel est-il mal avisé de vouloir l’y rencontrer...

Ce réjouissant roman au tempo vif est aussi ironique que malin. D’apparence désordonnée, la construction du récit est astucieuse. On adore le savoureux portrait de ce détective guignard, subissant tant d’avatars, abonné aux contusions. Cet attachant personnage manque plutôt de chance que de caractère. Sa principale conquête est une sexagénaire certes fringante, à défaut d’être fraîche. Plus esquissés, les rôles secondaires sont tout aussi réussis. Riche en péripéties, et pleine de fantaisie, cette histoire d’avère extrêmement plaisante.


Luis Alberto (décembre 2009)

Lorsqu’il trempa la madeleine dans sa tasse de thé ce ne furent pas de simples souvenirs qui l’envahirent, mais bien des scènes de son enfance qu’il revécut. Même non loin de chez Swann, le temps perdu ne se rattrape pas… Et Abel Salinas n’échappera pas à l’adage.

Alors qu’il fait la queue, dans l’attente de sa gaufre royale, son esprit part en vadrouille, et il revit, tel un Proust revisité par Dashiell Hammett, sa dernière enquête, sa seule enquête, celle qui l’a conduit dans les bras de Georgette. Femme à « la fesse triste » qui n’avait connu qu' « étreintes brutales, sans joie, sans récompense ».

Et alors que, dans la queue qui mène à la vendeuse, le temps se fige, les flashbacks s’emboitent, au fil des focalisations, souvent omniscientes, parfois internes, mais toujours en attente de dénouement, jusqu’au coup de couteau... jusqu’à ce que « la douleur t’explose jusqu’à plus. Je bascule dans l’ailleurs, anéanti… Chute. »


Max Obione, avec sa « Gaufre royale » nous offre là un remue-méninges qui se révèle, au final, tout aussi efficace qu’une madeleine trempée dans le sang des victimes innocentes, puisque imaginaires.


 

Paul Maugendre (décembre 2009)


 

Issu d’un accouplement improbable entre Shrek et Obélix, Abel Salinas après avoir été policier s’est reconverti comme détective privé, spécialisé dans les minables affaires de cocufiage. Bref il végète jusqu’au jour où une enquête qui pourrait se révéler lucrative lui est confiée par un ténor du barreau à la santé déficiente. Maître Beausang ressent une forme de remord car de toutes les nombreux procès qu’il a gagné haut la main et le verbe, un dossier n’a jamais été mené à bon terme. Une tache dans une brillante carrière. Trois ans auparavant, la cour d’assises de Paris a condamné Edo Gradine, d’origine lituanienne, à dix ans de réclusion perpétuelle, pour le meurtre de Berverly Poulot. Or Maître Beausang est convaincu que l’inculpé n’a pas commis ce crime, d’ailleurs aucun cadavre n’ayant été retrouvé. Abel Salinas va donc remonter la filière, de Bully les mines où a vécu la jeune femme dans une famille d’accueil, jusqu’à Cabourg, en passant par Granville et autres lieux de villégiatures de la côte normande, utilisant ses méthodes personnelles, et son flair de chien pataud.


Max Obione dans Gaufre royale, dans une écriture bourrue, joue avec le lecteur, passant allègrement du Je au Il, le personnage s’adressant tout autant à lui-même qu’à un imaginaire compagnon, à moins que ce soit au lecteur qu’il prend pour témoin en employant aussi la deuxième personne du singulier, une tournure grammaticale particulière pas forcément recommandée par les profs de français dans la rédaction des compos, mais qui se révèle jouissive à la lecture.

 

La nouvelle qui complète ce volume, bien qu’elle soit placée sous le signe de Gustave Flaubert, serait plutôt à ranger aux côtés des histoires cauchoises dignes de Maupassant. Avec ce cynisme et cet humour noir qui caractérisait ce chantre de la ruralité normande.


Tag(s) : #Ils ont lu...

Partager cet article

Repost 0