Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elle vient de sortir la nouvelle édition de Gaufre royale. Revue, corrigée et avec un cadeau bonus, une nouvelle inédite, "flaubertienne", à ma façon. Dans toutes les bonnes librairies...




Gaufre royale (nouvelle édition)

Max Obione

Polar

Collection "Forcément noir"

isbn 978-2-916330-43-3

Encombré d'un corps démesuré, non guéri d'une enfance calamiteuse à Granville, envahi de fantasmes d'étrangleur et de bien d'autres travers, le détective privé Abel Salinas est décrit par le commissaire From, son ancien patron, ainsi : « Cent cinquante kilos de barbaque et seulement une noix de gingin ! » Tout un programme ! Au plan professionnel, c'est donc une truffe, un nullos, un besogneux de la filoche qui se voit confier par extraordinaire l'affaire de sa vie, une enquête sur une erreur judiciaire. Quand le roman s'ouvre, il fait la queue devant la marchande de gaufres sur la digue de Villers-sur-Mer. Ses pensées divaguent... la moindre sensation l'entraîne dans les épisodes de sa vie et de l'enquête qui dégringolent en avalanche, télescopent ses souvenirs et ses pulsions… Un remue-méninges en forme de polyphonie narrative.


Un style jubilatoire

 


Ils avaient apprécié la première édition aujourd'hui épuisée :


Un court roman qui se lit d'une traite, en le savourant, bouchée après bouchée...
Patrick Galmel, Pol'Art noir

 

Un roman bien ficelé sur ce fil périlleux, plein de trouvailles langagières, d'une drôlerie de ton le disputant sans cesse à la cocasserie des situations.
Joël Jégouzo, Mauvais genre


Ce réjouissant roman au tempo vif est aussi ironique que malin. D'apparence désordonnée, la construction du récit est astucieuse.
Claude Le Nocher, Rayon polar



Suivi de "Marcel Bovary ou L'épreuve par neuf"


Marcel Bovary s'ennuie. Accaparée par sa profession de visiteuse vétérinaire, son épouse le délaisse. Quand une belle aventurière s'installe dans le manoir voisin du bourg, Marcel est foudroyé d'amour ! Du frottement de leurs épidermes jaillissent des promesses de bonheur, rapidement déçues.
Rejeté par la belle, notre homme n'est pas du genre à se pendre à la première poutre venue ! Il décroche son fusil et s'en va tirer la femelle… Farcesque ! 


Du bovarysme au masculin ! Max Obione marche sur les traces du grand Flaubert, enfin presque...

*

Accéder à la page de l'ouvrage sur ce blog
Tag(s) : #Mon actu

Partager cet article

Repost 0